En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités Culturelles

Lycéens au cinéma . Fatima

Par admin arenes, publié le lundi 15 janvier 2018 13:54 - Mis à jour le mardi 30 janvier 2018 15:58
fatimajpg.jpg
L'opération lycéens au cinéma se poursuit au lycée au seconde trimestre

 

L’opération lycéens au cinéma se poursuit  au lycée au second trimestre. Elèves et étudiants vont en ce moment au cinéma ABC voir le film Fatima, de Philippe Faucon, précédé d’un beau court-métrage intitulé Belle-Gueule, de la jeune réalisatrice Emma Benestan. Cette forme courte souvent méconnue est en effet mise à l’honneur par le dispositif lycéens au cinéma.

A l’issue des visionnages des film, certaines classes bénéficieront d’une intervention d’un spécialiste de cinéma que l’association l’ACREAMP, qui pilote régionalement le dispositif, met à disposition. Ainsi, des élèves de seconde ont une intervention prévue le lundi 15 janvier, les étudiants de première année en option gestion de production et en option son le lundi 22 janvier. L’occasion d’approfondir la lecture du film, d’explorer d’autres pistes que celles vues en cours.


Quelques pistes de lecture pour le film de Philippe Faucon :

Le film de Philippe Faucon est un beau portrait, dans lequel le choix d’acteurs non-professionnels accentue cette dimension de portrait sensible. C’est ainsi Soria Zeroual, elle-même femme de ménage, qui incarne Fatima à l’écran. Au-delà de la similitude de son parcours personnel avec celui de Fatima Elayoubi, Soria Zeroual avait à la fois la douceur et la force de caractère que Philippe Faucon voulait donner à son héroïne. Le cinéaste explique ainsi ne pas rechercher des « comédiens » pour interpréter un « personnage » : il cherche plutôt à provoquer une « rencontre entre les personnages écrits et les personnages vivants ».

Philippe Faucon explique ainsi, dans le dossier de presse du film, sa méthode, qu’il distingue nettement du documentaire ou du naturalisme : « L’enjeu est de trouver les points de rencontre avec les interprètes : entre eux et leurs personnages, dans les différentes situations de jeu qui vont les confronter. C’est une aventure où il s’agit de mobiliser tous ses moyens, d’attention, d’intuition, d’échange, afin de parvenir à apporter dans l’incarnation des personnages à l’écran quelque chose d’unique. Si l’on parvient à ça, on n’est plus dans le documentaire. Ni dans le naturalisme au sens péjoratif du terme, c’est-à-dire la reproduction plate, désincarnée de la réalité.

 

Pour en savoir plus sur le court-métrage : http://www.bellegueule.languedoc-roussillon-cinema.fr/

 

 

 

Catégories
  • A la Une